1094648_53964.gif
1094648_53964.gif
1094648_53964.gif
fourmi-tag.png
fourmi-tag.png
TITRE-GLOBAL-2022.jpg

Sérigraphie arrière plan : Jeanne Smith

TITRE BI .png
Tiitre-création-pates-insectes.jpg

EN 2022

Invitation-transparente.jpg

 Librement inspiré de la Métamorphose de Kafka

BasiK-InseKte-WEB©Christophe-Loiseau.jpg

Photographie : Christophe Loiseau

Une fable noire fantastique où vont se côtoyer avec humour, fantaisie et cruauté, un personnage en cours de transformation, décalé, incompris, exploité face à une famille apathique et dangereuse. Un thriller machiavélique. 

Devenir un cancrelat n'est pas forcément une métamorphose glorieuse, même si cette idée faisait mourir de rire Kafka lui-même. 

Cette création acide et non rationnelle sera une invention théâtrale de pure fantaisie baroque, infiniment méchante et joyeusement absurde. 

Mise en scène et scénographie : Claire Dancoisne

Assistant mise en scène : Cyril Viallon

Adaptation : Claire Dancoisne | Francis Peduzzi 

Textes : Franz Kafka | Haïla Hessou

Comédien.nes : Henri Botte, Lyly Chartiez-Mignauw, Gaëlle Fraysse, Léo Smith

Création musicale : Pierre Vasseur

Création sonore : Greg Bruchet 

Création des masques et des coiffures : Loïc Nebreda

Création lumières : Hervé Gary 

Création des objets et éléments de décors : Bertrand Boulanger, Chicken,  David Castagnet, Olivier Sion, Patrick Smith 

Création costume insecte : Anne Bothuon 

Régie générale et lumières : Thierry Montaigne

Régie son : Louis Regnier

Montage plateau : Hélène Becquet

 

 

Photographie : Christophe Loiseau

Premières lignes de la nouvelle : « En se réveillant un matin après des rêves agités, Gregor Samsa se retrouva, dans son lit, métamorphosé en un monstrueux insecte. Il était sur le dos, un dos aussi dur qu’une carapace, et, en relevant un peu la tête, il vit, bombé, brun, cloisonné par des arceaux plus rigides, son abdomen sur le haut duquel la couverture, prête à glisser tout à fait, ne tenait plus qu’à peine. Ses nombreuses pattes, lamentablement grêles par comparaison avec la corpulence qu’il avait par ailleurs, grouillaient désespérément sous ses yeux. »

Photographie : Pascal Pérennec